InDesign : cette mauvaise habitude qui fait hurler les graphistes print


le 11 août 2014

Édition & PAO

© John Steven Fernandez

Régulièrement dans ma timeline, je vois passer des tweets de collègues graphistes fustigeant les fichiers InDesign bourrés d’erreurs qu’ils doivent régulièrement nettoyer. Et je ne suis pas la dernière à lever les yeux au ciel face à ce genre de bêtises chronophages. Histoire d’être constructive, j’ai décidé de vous parler de bonnes pratiques à adopter sous InDesign.

 

Le retour forcé à la ligne au lieu du tiret conditionnel

L’erreur est illustrée dans mon tweet ci-dessous. Il s’agit malheureusement d’une mauvaise habitude répandue et tenace : utiliser le retour forcé à la ligne – ou carrément une marque de paragraphe – au beau milieu d’une phrase pour créer une césure ou équilibrer visuellement ledit paragraphe.

Si, sur le moment, l’effet souhaité semble être atteint, il s’agit d’une très mauvaise idée sur le long terme. Lorsque vous devrez reprendre cette même mise en page, ce texte ou créer un nouveau format à partir du même document InDesign, vous – ou le graphiste qui reprendra votre travail – devrez effectuer l’inévitable et frustrant « nettoyage » de votre mise en page. C’est à dire supprimer ces marques de paragraphe et retours forcés à la ligne pour ensuite réaliser une mise en page correcte.

 
Pour éviter d’être maudit sur 5 générations par le graphiste qui prendra votre suite – graphiste qui pourra être vous-même, ne l’oubliez-pas -, il vaut mieux adopter dès aujourd’hui deux bonne pratiques qui vous permettront de parvenir à un résultat bien plus professionnel sous InDesign, sans risquer de vous arracher les cheveux lorsque vous devrez reprendre votre mise en page.

 

Insérer des tirets conditionnels pour créer des césures

Comme son nom l’indique, ce tiret de césure apparaîtra uniquement s’il est nécessaire de couper le mot en fin de ligne. Cependant, un tiret conditionnel placé au début d’un mot l’empêche d’être coupé en deux (utile pour les noms propres, par exemple).

  • Sélectionnez l’outil Texte cliquez à l’endroit où vous souhaitez placer le tiret ;
  • Dans le menu Texte Insérer un caractère spécial Césures et tirets Tiret conditionnel ;
  • Si vous préférez utiliser les raccourcis clavier : Ctrl+Maj+- pour les claviers Windows, Commande+Maj+- pour les claviers Mac.
InDesign : insérer un tiret conditionnel

 

Équilibrer les lignes d’un paragraphe

Si vous souhaitez maîtriser l’aspect d’un paragraphe non-justifié, vous pouvez utiliser l’option « équilibrer les lignes en drapeau » d’InDesign, qui vous permet d’obtenir un résultat harmonieux sans devoir ajouter des retours à la ligne forcés dans vos paragraphes.

  • Sélectionnez l’outil Texte cliquez sur le paragraphe que vous souhaitez équilibrer ;
  • Dans le panneau Paragraphe Équilibrer les lignes en drapeau.

Attention, cette option est applicable uniquement lorsque le Compositeur de paragraphe Adobe est sélectionné (pour l’activer, panneau Paragraphe Compositeur de paragraphe Adobe).

InDesign : équilibrer les lignes en drapeau

Vous n’avez plus aucune excuse pour truffer vos documents InDesign de retours forcés à la ligne et de marques de paragraphe…

Vous souhaitez vous former à InDesign ? Faites donc un tour par ici :)



7 commentaires

  1. Dominique dit :

    Bonjour.
    Ce billet semble incriminer InDesign. Vous admettrez que ce logiciel n’est pour rien dans ces mauvaises habitudes, que l’on retrouve (souvent en pire) dans les textes produits par les traitements de texte. Quel est par exemple le pourcentage de personnes utilisant les styles, pourtant fondamentaux ?

    • Mylène Boyrie dit :

      Bonjour,
      Avez-vous vraiment lu l’article avant d’écrire ce commentaire ? Je n’incrimine en rien le logiciel, je n’incrimine personne en fait. J’explique simplement une bonne pratique à appliquer à partir d’une mauvaise habitude qu’on rencontre souvent, et qui nous fait râler :)

      bonne journée !

  2. Elodie dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article bien utile ! Je ne sais pas et vous venez de me sauver la vie.

  3. JRB dit :

    Bonjour.

    Pour éviter la césure des noms propres il faut décocher l’option « Césure des mots en capitales », parce qu’elle vaut aussi pour les mots « qui commencent » par une capitale.

    Pour pallier au saut de ligne il y a aussi l’option « Sans retour automatique » (sous-entendu : Sans retour automatique à la ligne).
    C’est magique et ça se trouve dans le menu du panneau Caractère.

    L’article parle bien des problèmes « print », mais ceux qui font des ePub et autres publications numériques maudissent les auteurs de ces pratiques moyenâgeuses jusqu’à la 17e génération !
    :-)

    Bravo pour cet article que j’inscrit en favori.

  4. Baptiste dit :

    Tant qu’on est dans les mauvaises habitudes tenaces, concernant le commentaire du dessus : pallier est un verbe transitif direct, on ne pallie pas « à », on pallie tout court.

  5. Sterne dit :

    Bonjour, je comprend cette remarque d’éviter les saut de lignes (et les sauts de ligne forcés doivent être utilisé avec parcimonie) quand on parle du fichier texte source à insérer dans InDesign, surtout s’il provient de Word.

    Ensuite, sur un support à vocation « print » uniquement, les sauts de ligne forcés (uniquement ceux-là, les autres étant une aberration, nous sommes d’accord) permettent toutefois d’éviter les répétitions des petits mots en fin de ligne pour une lecture harmonieuse dans un texte justifié (par ex. : le, la, le, les… en fin de ligne sur plusieurs lignes d’affilées, en clair c’est laid et pas agréable en lecture).

    Si le texte a vocation d’être utilisé (voire appelé) dans divers supports print et web, je considère en effet que ces habitudes peuvent être gênantes.

    Toutefois, sur InDesign, l’outil rechercher/remplacer est tellement performant que le « nettoyage » comme vous dites ne me parait ni long, ni complexe, en un seul clic, on cible et supprime ce que l’on souhaite. Alors de là à faire hurler les graphistes print, j’avoue que je ne comprends pas… je trouve cela plus problématique quand on transpose l’action dans le web.

    • Bonjour et merci de votre commentaire,

      De la même manière qu’il y’a des bonnes pratiques pour le web, il y’a des bonnes pratiques pour le print :) Un retour à la ligne est une manière de donner du sens, et du rythme, à un texte : un paragraphe équivaut à une idée, et au sein de ce paragraphe il arrive qu’on change de ligne pour marquer une rupture au sein de celui-ci, pas « pour faire joli »…

      J’ajoute que tous les logiciels de PAO permettent d’harmoniser un texte ferré à gauche ou à droite (équilibrer les lignes en drapeau sous InDesign par exemple), ou de travailler avec précision un texte justifié (approche & césures). Il est donc inutile et plutôt dommage de faire avec des bouts de ficelles ce qui est faisable correctement, et de forcer le ou la graphiste qui devra reprendre le fichier par la suite à le nettoyer, et ce même si les fonctionnalités de « nettoyage » des logiciels de PAO sont redoutablement efficaces.

Ajouter un commentaire